Mes démarches

Portail Famille

La Montagnette

Le massif de la Montagnette est un site inscrit par arrêté du 17 décembre 1970. Il s’étend sur 4 communes : Barbentane, Boulbon, Graveson et Tarascon. 

Le massif de la Montagnette est clairement identifiable comme unité de paysage.

Ce paysage remarquable de colline provençale est d’une surperficie globale de  près de 4000 ha.
Barbentane en possède plus de 1200 ha.

En juillet 2022, le massif a connu de terribles incendies.
Son accès est interdit dans les parties incendiées jusqu’au 31 mai 2023.

 

Carte d'accès aux massifs

À compter du 1er juin et jusqu’au 30 septembre, l’accès de l’ensemble des massifs forestiers et espaces exposés dans les Bouches-du-Rhône est soumis à autorisation.

La carte est mise à jour, quotidiennement vers 18h pour le lendemain et indique le niveau de danger feux de forêts pour les 25 massifs du département et, par conséquent, le niveau de limitation qui s’y applique.

Consultez la carte : bpatp.paca-ate.fr

Réserve Communale de Sécurité Civile

La Réserve Communale de Sécurité Civile est un dispositif de prévention et d’assistance à la sauvegarde, non seulement des espaces sensibles, mais également des populations.

Ses réservistes-bénévoles interviennent lors de catastrophe naturelle (par exemple, inondation, incendie de forêt) ou bien lors d’accident industriel (par exemple, explosion d’une usine).

Ils effectuent des missions simples pour permettre aux secouristes et aux pompiers de se consacrer aux missions complexes, dangereuses ou urgentes.

Leur présence sur le terrain est coordonnée par l’AD 13 (Association départementale des Comités Feux de Forêts et des Réserves Communales de Sécurité Civile).

Ils veillent sur la Montagnette de juin à septembre.

Toutes les nouvelles personnes sont les bienvenues. Il suffit de porter sa candidature en mairie.

Situation post incendie

Communiqué de l’Office National des Forêts du lundi 14 novembre 2022

Les 14 et 16 juillet 2022, 1500 ha ont été brûlés sur le massif de la Montagnette, toutes propriétés, publiques ou privées confondues.

La forêt communale de Barbentane, d’une surface de 683 hectares, a subi ce sinistre sur 359 hectares soit 53% de la surface bénéficiant d’une gestion de l’Office National des Forêts.

Une première action immédiate portée par le département des Bouches du Rhône a été de traiter les bois brûlés en bord des routes départementales 81 et 35E.

Pour Barbentane un diagnostic été entrepris sur une zone à risque, au-dessus du village, par les services spécialisées ONF de Restauration des Terrains en Montagne (RTM). Des travaux préventifs de traitement des eaux de surface ont également été réalisés.

Deux actions simultanées ont ensuite été lancées et sont en cours

L’une, portée par le Syndicat de la Montagnette (SIER de la Montagnette) a été, à l’initiative des quatre maires de du massif (Barbentane, Boulbon, Graveson et Tarascon), la mise en œuvre de la restauration des terrains incendiés. La première urgence est de garantir la sécurité des biens et des personnes : abattage des arbres dangereux, purges des embâcles dans les ravines débouchant sur des habitations, limitation de l’érosion du sol en zones sensibles par la réalisation de fascines… chacune de ces actions nécessite un diagnostic et un chiffrage incontournable à toutes de demande de subvention. L’association des Communes Forestières, la Région, le Département, le SDIS (Service Départemental d’Incendies et de Secours) et l’Etat sont impliqués avec les quatre municipalités. Conjointement, l’ONF et les Forestiers Sapeurs se tiennent au côté du syndicat de la Montagnette.

La tâche préalable de diagnostic arrive à son terme : Elle entrainera le dépôt rapide des dossiers de demandes de subventions pour les travaux.

L’autre action menée par l’ONF sur les territoires communaux, est le traitement des bois brûlés. Cette exploitation doit se faire rapidement pour limiter les atteintes paysagères des arbres calcinés, les risques sanitaires (attaques de scolytes sur les pins) et valoriser au mieux le bois auprès de la filière bois. Des marchés publics ont été passés par l’ONF pour la coupe, l’enlèvement et le transport du bois, pour leur livraison en priorité en circuit court sur la papeterie de Tarascon « Fibre Excellence ». Ces travaux d’exploitation commenceront mi-novembre. Il est demandé à la population de respecter l’arrêté préfectoral quant à l’interdiction d’accès aux zones brûlées du massif, de même que les restrictions sur l’activité de chasse.

Ces consignes concernent d’une part les risques naturels : les arbres et le sol ayant subi de graves dommages, des chutes d’arbres et de branches peuvent advenir, y compris sur les pistes DFCI (Défense des Forêts Contre les Incendies). Les sols sont érodés et encore susceptibles de glissements de terrain et de création de torrents aux premières grosses pluies. La faune sauvage a besoin de tranquillité.

D’autre part, la sécurité relative au chantier : de gros volumes de bois vont être mobilisés, stockés en piles. Comme tout chantier, il comporte des risques, les accès à la coupe seront donc signalés et bloqués. Les bûcherons, débardeurs et transporteurs des billons de bois doivent pouvoir travailler sereinement sans être gênés par des promeneurs.

Pour rappel de l’arrêté préfectoral en vigueur : seuls les propriétaires privés (dans la limite de leur propriété et des chemins d’accès aux zones non-brûlées), les entreprises habilitées et les autorités (Gendarmerie, Police municipale, services municipaux et de l’état, ONF) ont libre accès dans les parties brûlées du massif. Un feu n’est pas un sinistre limité au seul incendie, il a des conséquences sur plusieurs mois sur toute la biodiversité, n’ajoutons pas des accidents évitables à la liste des dommages.

Il est rappelé notamment que tout bois appartient au propriétaire du fond (du sol) où il est ramassé. Les bois stockés sur les places de dépôt sont de la propriété communale. Tout ramassage de bois est une atteinte à bien d’autrui. Il s’agit donc d’une infraction verbalisable au titre du code pénal et du code forestier.

Et ensuite ?

Des diagnostics après coupe seront réalisés, d’autres actions suivront au cas par cas. Le renouvellement de la forêt est long et progressif. Des actions d’accompagnement de la régénération naturelle seront privilégiés sans écarter la possibilité de plantations d’enrichissement, mais qui nécessiteront, elles, du fait du réchauffement climatique, d’arrosages estivaux réguliers sur a minima trois années.

Le printemps et l’été 2023 nous donneront de premiers éléments d’observation quant à la résilience de notre forêt de la Montagnette. Le retour naturel de la strate herbacée et arbustive (précieuses pour la tenue des sols), de la régénération naturelle du pin d’Alep (espèce pionnière après incendies), la reprise ou non des arbres partiellement brûlés… seront suivis avec soin. Le retour de la faune et d’espèces botaniques emblématiques seront également suivis. Nous pourrions notamment assister à l’arrivée d’une toute nouvelle flore, suite à la modification des caractéristiques profondes du sol en conséquence de l’incendie. La reconstitution des espaces incendiés s’inscrit dans une perspective plus globale de gestion durable et d’aménagement du territoire qui comprend plusieurs volets : risques naturels, paysages, accueil du public, reconstitution forestière, agriculture et urbanisme, visant à faciliter un « retour à la normale » tout en évitant le retour du feu.

La forêt communale fera par ailleurs l’objet d’un nouveau plan de gestion durable dit « aménagement forestier » sur 20 ans, prenant compte de la réaction naturelle de la forêt, dans le but de l’accompagner au mieux dans sa régénération. La révision du plan de massif, plan de gestion au regard de la DFCI, est également envisagé par le syndicat de la Montagnette.

Pas de coups de baguette magique, mais une action pluridisciplinaire, concertée par étape, impliquant tous les acteurs concernés, pour transmettre à la prochaine génération une forêt renouvelée, résiliente aux enjeux de demain.

La commune travaille également en étroite collaboration avec l’Office National des Forêts.